Blog

jeudi, 16 Août, 2018

Comment préparer son cheval à l'épreuve de cross ? Retour sur les galops de préparation de Raphael Cochet pour le Grand Complet

Raphael Cochet et sa jument Shérazad étaient présents au Haras du Pin le week-end dernier pour le Grand Complet 2018. Malheureusement pas de classement pour eux mais un super cross sans faute en 6'44'' sur lequel ils ont pu partir équipés de leur protège-sangle Seaver 🙂

Revenons sur les galops de préparation réalisés avec son protège-sangle afin d’entrainer Shérazad et lui permettre d’appréhender de la meilleure des façons le cross du CIC***.

Raphael a effectué deux galops : un galop intense sur la plage de Deauville un mois avant et un deuxième galop plus « cool » dans la forêt de Rambouillet une semaine avant l’échéance. En exclusivité, nous avons décidé de partager avec vous les données recueillies suite à ses deux séances.

L’entrainement à Deauville a duré 43 minutes, décomposées en 16 minutes de pas, 15 min de trot et 12 minutes de galop réalisées en une seule fois, contre 1h59 à Rambouillet décomposées en 1h12 de pas, 31 minutes de trot et 12 minutes de galop. Le but de ces deux galops de préparation était légèrement différent.

En effet, l’entrainement « intense » avait pour objectif de solliciter le système cardio-vasculaire de sa jument en profondeur et de la pousser dans le type de fonctionnement qu'elle va retrouver en courant son cross. On retrouve sur le graphique que Shérazad a travaillé son cardio pendant 14 minutes (jauge orange) et a fourni un effort important pendant 5 minutes (jauge rouge).

A Deauville, elle aura brûlé près de 500 calories et son rythme cardiaque aura progressivement augmenté avec l’effort, avec une moyenne de 112 battements par minute et un maximum de 213 battements par minute, un rythme correct pour un tel effort. On remarque aussi sa récupération cardiaque rapide après l’effort, puisqu’en une minute après le galop, la jument retrouve un rythme autour de 100 bpm, qui continuera ensuite à décroître, signe de bonne forme.

                       

On constate également que la courbe de la vitesse augmente avec l’intensité. On retrouve la phase de pas, puis de trot, les 12 minutes de galop assez intenses avec une pointe à 600m/min en fin de séance et enfin la phase de récupération lorsque la courbe chute rapidement.

A l’inverse, le galop effectué à Rambouillet à une semaine de l’échéance avait pour objectif d’affuter la jument et de vérifier qu’elle était en bonne forme sans trop la fatiguer.

Durant cet entrainement beaucoup plus long, à aucun moment Shérazad n’a été dans le rouge. Elle a beaucoup trotté et effectué un galop assez long de 10 minutes à vitesse plutôt faible. Son cardio est resté stable (entre 50 et 100 battements par minutes) et est redescendu assez vite lors de la phase de récupération.

Il est intéressant d’étudier la courbe de vitesse par rapport au cardio. On notera l’évolution de la courbe du rythme cardiaque, qui suit celle de la vitesse. Son galop n’a été ni trop rapide ni trop poussé afin de ne pas dégrader sa condition physique. Ici, Raphael a évolué à une vitesse moyenne de 120 m/min avec une pointe à 384 m/min.

                           

Les données de locomotion du protège-sangle ont également permis à Raphael de vérifier la symétrie de Shérazad à l’approche de l’échéance. En effet, grâce à cet indicateur, il est possible de détecter une faiblesse voire même une boiterie.

Ici, les pourcentages proche de 50% sont révélateurs d’une très bonne symétrie. Il en est de même pour les notes obtenues entre 80 et 100. Les notes plus basses peuvent s’expliquer par un sol inégal par moment en extérieur. Ainsi Shérazad était prête à courir son cross 🙂

A très vite pour un nouvel article,

L'équipe Seaver