Blog

lundi, 31 octobre, 2016

4 bonnes raisons de mesurer la fréquence cardiaque de votre cheval pendant l’entraînement

De nombreux athlètes portent un moniteur de fréquence cardiaque pendant l’entrainement, donc pourquoi pas votre cheval ? Quand ils sont bien utilisés, les moniteurs de fréquence cardiaque peuvent devenir des outils indispensables.

1. Pour mesurer l’intensité de l’effort

Faire porter un moniteur de fréquence cardiaque à votre cheval pendant l’entraînement vous permettra de mesurer l’intensité de l’effort. La fréquence cardiaque est l’indicateur par excellence de l’effort fourni et son intensité. Pour améliorer la santé physique de votre cheval, il est nécessaire de faire varier l’intensité des séances d’entraînement (comme un entraînement fractionné (« interval training ») un jour, une séance de petit trot le lendemain etc.) selon la condition physique de votre cheval et l’objectif de l’entraînement. Un moniteur de fréquence cardiaque vous aidera à éviter un sous ou surentraînement de votre cheval. Si l’entraînement est trop intense cela peut provoquer plusieurs conditions pathologiques, et s’accompagnera soit d’une baisse de la performance physique soit d’une sous-performance consistante. D’autre part, un entraînement très faible en intensité n’améliora pas la santé physique, mais reste cependant important pour la récupération. Un bon équilibre est la clé du succès.

1.1. Une forte intensité + une courte durée = « powertraining »

Pendant une activité physique de forte intensité ou un entraînement anaérobie, comme un grand galop, l’oxygène requis dépasse ce qui peut être apporté par le sang, ce qui oblige le corps à utiliser le glycogène comme la principale source de combustible. Ce glycogène se transforme ensuite en acide lactique. L’accumulation de l’acide lactique (>4mmo/L) engendre des douleurs musculaires, et devrait donc être évitée. Pour améliorer l’élimination de l’acide lactique du corps, il est nécessaire de repousser les limites de votre cheval sur une courte durée (entre 30 secondes et 2 minutes). La fréquence cardiaque pendant ce temps peut ainsi monter jusqu’à 200 bpm. Chaque séance d’entraînement devrait consister entre 2 et 8 intervalles, avec un temps de récupération suffisant entre les intervalles. La fréquence cardiaque devrait ainsi baisser à 100 bpm. Il est préconisé de ne répéter cet entraînement fractionné seulement qu’une fois tous les 4 ou 5 jours, et monter lentement le nombre d’intervalles par entraînement.

1.2. Faible intensité + longue durée = travail de l’endurance

Pendant les activités physiques de faible intensité, comme au pas, au trot ou au petit galop, le système d’énergie aérobie fournit de l’oxygène aux muscles leur donnant ainsi l’énergie nécessaire pour soutenir l’effort. Le travail du système d’énergie aérobie permet une amélioration de la forme cardiovasculaire générale, ce qui est très important, surtout au début de la saison de concours. Ce travail consiste en de longs intervalles à faible intensité (par exemple 4 intervalles d’exercices de 5 minutes avec une vitesse de 450m par minute). La fréquence cardiaque de votre cheval devrait être entre 140 et 160 bpm, ainsi le niveau de d’acide lactique reste en dessous de 2mmo/L. Une récupération suffisante entre les intervalles (comme 2 à 3 minutes de trot lent) est très importante (avec une fréquence cardiaque de moins de 100 bpm). Il est recommander de planifier un travail d’endurance deux fois par semaine.

2. Pour surveiller le temps de récupération

Le temps de récupération de votre cheval est le temps nécessaire pour que la fréquence cardiaque redevienne normale après un effort physique. Le plus vite votre cheval récupère, le plus sain est son cœur. La fréquence cardiaque de votre cheval devrait diminuer de 50% (ou < 100 bpm) en l’espace d’une ou deux minutes après l’exercice, en comparaison avec la fréquence cardiaque maximale directement après l’exercice.

3. Pour veiller sur la santé globale du cheval

Il y a plusieurs paramètres qui peuvent agir sur la fréquence cardiaque : l’excitation, le stress, le terrain, les conditions météorologiques, un problème de boiterie ou une maladie systématique. Surveiller la fréquence cardiaque de votre cheval pendant chaque séance d’entraînement vous donnera une vue d’ensemble sur la santé globale de votre cheval.

4. Pour adapter l’entraînement aux besoins de votre cheval

Veuillez noter que les chiffres donnés dans cet article sont des chiffres moyens et que tout cheval a une fréquence cardiaque qui lui est propre. Si vous souhaitez savoir à quelle fréquence cardiaque exactement votre cheval produit trop d’acide lactique (> 4mmo/L), il faut faire un test avec votre vétérinaire au début de la saison de concours. Adaptez votre entraînement à votre cheval et aux circonstances. N’oubliez jamais la phase d’échauffement et celle de récupération. Prenez votre temps et augmentez vos séances d’entraînement graduellement, car le système cardiovasculaire s’adapte plus vite que le système musculo-squelettique. N’oubliez jamais qu’il est plus facile de prévenir une blessure que de la soigner !

L’équipe Seaver